La Fondation Jérôme Lohez 9/11 bourses d’études est fière d’annoncer les récipiendaires des bourses 2011:

La Fondation Jérôme Lohez 9/11 bourses d’études est fière d’annoncer les récipiendaires des bourses 2011:

Antoine Désir (France: École Polytéchnique, Palaiseau – Columbia University)

Antoine Désir possède un don pour les mathématiques. Après deux ans de classes préparatoires à Louis-Le-Grand, Antoine se classe 7e sur 83 au concours d’entrée de l’École Polytechnique en filière MPSI.

Durant le printemps 2011, Antoine a travaillé avec Dr. William M. McEneaney au département de génie mécanique et aérospatial de l’Université de San Diego (UCSD, Californie). Son travail s’est concentré sur l’étude d’une méthode de réduction de la dimensionnalité des problèmes de contrôle optimal. Pour cela il a utilisé un algorithme tropical, dont le graphe de la fonction valeur est approchée par un polyèdre tropical. Ce travail a conduit à une publication, ce qui constitue un grand honneur pour un étudiant de niveau Master. Antoine a également fait des recherches en optimization de prix chez Air France lorsqu’il était étudiant à l’École Polytechnique.

Citoyen français d’origine vietnamienne, Antoine a conscience du dénument dans lequel vivent les habitants d’un pays en développement, mais il a également vécu dans l’élite des étudiants parisiens en compétition pour les Grandes Écoles françaises. Antoine a le sens de la générosité et de la philanthropie humaine. Son père, entrepreneur à succès et éminent activiste social au Vietnam, a établi une ONG appelée “Poussières de vie», et oeuvrant pour fournir des ordinateurs et un accès Internet aux enfants pauvres. Antoine suivra l’exemple de son père avec un engagement à servir les besoins des communautés défavorisées.

 

Thomas Philippeau (France: École pour L’Informatique et Les Techniques Avancées – Stevens Institute of Technology)

Thomas Philippeau a travaillé chez Accor, en tant que spécialiste pour la création et l’amélioration des technologies de l’information. Il a été félicité par ses professeurs et tuteurs comme un jeune à l’esprit vif et ouvert, qui s’adapte facilement aux différentes méthodes de travail et aux contraintes.

Thomas est impressionné par la diversité de la population américaine et de sa culture, et en particulier l’élection en 2008 d’un afro-américain à la présidence. Il est entré au Stevens Institute of Technology, au printemps 2011 et il se réjouit de l’élargissement de sa vision à travers une expérience dans l’enseignement supérieur américain. Il espère que son séjour aux États-Unis lui permettra de promouvoir les échanges culturels aux Etats-Unis et à son retour en France.

 

Andres Lizcano Rodriguez (Colombie: Sciences Po – Columbia University School of International and Public Affairs)

Andres Lizcano Rodriguez est une personne brillante et créative, motive par son désir de servir les autres. Issu d’une famille d’intellectuels en Colombie, Andres a reçu une éducation bilingue en espagnol et en allemand, durant son enfance en Allemagne. Doué pour les mathématiques, Andres a atteint le Top 15 des Olympiades des Mathématiques colombiennes quatre années consécutives. Il a ensuite étudié les mathématiques à l’Université de Los Andes (Colombie) et obtenu une mention Très Bien. Son désir de contribuer à une meilleure justice sociale l’a également amené à poursuivre en parallèle des études de droit.

Pendant son année d’étude à Montpellier, Andres a co-fondé la branche montpelliérainne d’une ONG appelée Foundacion YOCreo En Colombia. La Colombie a été en proie à un conflit armé qui dure depuis des décennies et implique le trafic de drogue et le terrorisme. Andres cherche à prouver au monde extérieur que la Colombie est aussi un pays avec une histoire longue et distinguée, qui possède un patrimoine culturel diverse et un immense potentiel économique.

Conformément à la tradition latino-américaine intellectuelle qui prend son inspiration culturelle, politique et philosophique en Europe, et en particulier la France, Andres poursuit un double diplôme en développement international entre Sciences Po (Paris) et Columbia University (New York). Il estime que ses expériences françaises et américaines le prépareront à prendre les risques nécessaires pour changer la société colombienne. Inspiré par des auteurs et homes politiques latino-américains comme Gabriel García Márquez et Pablo Neruda, Andres ambitionne de devenir représentant officiel de la Colombie aux États-Unis ou en France.

En plus de ses deux langues maternelles (espagnol et allemand), Andres parle couramment le français et l’anglais, et peut soutenir une conversation en italien et en portugais.

La cérémonie de réception des bourses d’études Aura lieu le 14 mai 2012, à la Maison Française, Columbia University, New York.

.

Le Comité Jérôme Lohez 9/11 de sélection des boursiers de la Fondation des bourses d’études 2011

Le Comité Jérôme Lohez 9/11 de sélection des boursiers de la Fondation des bourses d’études 2011

Professeur Elizabeth Roistacher (président du Comité)
Mr. Stephane Bouniol
Mr. Philippe Carls
Mr. Mark Denne
Mr. Jordane Elmassian
Ms. Paula Henin (récipiendaire de la bourse 2010)
Ms. Dening Lohez (fondateur)
Ms. Nicole J. Moldovan
Ms. Barbara Wing
Dr. Alessia Lefebure (témoin), Directeur du programme de l’Alliance

La professeure Elizabeth Roistacher est professeur d’économie au Queens College et le Centre d’études supérieures, City University of New York. Elle a auparavant été sous-secrétaire adjoint pour les affaires économiques au Département américain du Logement et urbain et en tant que boursier Brookingsde politique économique. Professeur Roistacher a également servi comme directeur de l’Office des honneurs et les bourses au Queens College. ProfesseurRoistacher a obtenu son doctorat en économie de University of Pennsylvania.

La fondation Jérôme Lohez gala annuel 2011

La fondation Jérôme Lohez gala annuel 2011

Ceremony Held at Cultural Services of the French Embassy

Lohez Gala 2011

To view event photos on Flickr, Click Here

La cérémonie de remise des prix eut lieu dans la pièce voisine, donnant sur Central Park. Dans son discours d’ouverture, Antonin Baudry, représentant gouvernemental des universités françaises aux Etats-Unis, a declaré que la fondation Jérôme Lohez et les services culturels de l’Ambassade ont une mission commune, celle de “mettre en réseau davantage d’universités de part et d’autre de l’Atlantique, jouer un rôle d’incubateur de projets et aider l’amorçage financier de nouvelles cooperation.”

Le commandant Jordan Becker, ancien boursier 2009 de la fondation Jérôme Lohez, a présenté les prix. Il étudie actuellement dans le cadre du double diplôme de l’école d’affaires publiques et internationales de l’Université de Columbia à New York et de Sciences Po Paris. Il est vétéran de la guerre en Irak et son service lui a valu deux médailles de bronze.


Cette année les heureux élus étaient: Paula Henin, étudiante à l’école de droit de Columbia University, Hélène Franchineau, étudiante du double-diplôme Sciences Po Paris- école de journalisme de Columbia University et actuellement à Hong Kong pour le South China Morning Post, et Alban Petré, étudiant à EPITA et au Stevens Institute of Technology.

Ce septembre marquera le 10ème anniversaire des attaques du 11 Septembre. Pendant la soirée, Dening Wu Lohez, fondatrice et présidente de la fondation Jérôme Lohez, a expliqué que son mari n’est pas mort pour rien. “En sa mémoire, j’ai choisi de promouvoir les échanges franco-américains, dans le but de combattre les malentendus entre les peoples et de promouvoir un esprit d’engagement qui fasse avancer chacun”.

Deux établissements universitaires furent honorés pendant la soirée pour leur coopération continue avec la fondation Jérôme Lohez ainsi que pour leurs efforts reconnus dans la promotion des échanges franco-américains dans le domaine de l’éducation:

L’École pour L’Informatique et les Techniques Avancées (EPITA), à Paris et le Stevens Institute of Technology à Hoboken, dans le New Jersey.

Joël Courtois, Directeur d’EPITA, et George P. Korfiatis, doyen et directeur provisoire du Stevens Institute of Technology, ont tous deux délivré un discours

To view event photos on Flickr, Click Here

Event Featured on Website of École pour L’informatique et les Techniques Avancées (EPITA), Click Here

To download a copy of remarks prepared (in French) by EPITA Directeur Joël Courtois, please
Click Here

Les Lauréats 2010-2011

Les Lauréats 2010-2011

Les lauréats pour la bourse de Jérôme Lohez 2010 ont été sélectionnés, et sont les suivants :

  • Paula Henin (France, London School of Economics – Université Paris I Panthéon-Sorbonne – Columbia University Law School)
  • Hélène Franchineau (France, Sciences Po – Columbia University Graduate School of Journalism)
  • Alban Pétré (France, Ecole Pour L’Informatique et Les Techniques Avancees – Stevens Institute of Technology)

 

1. Paula Henin (France, London School of Economics – Université Paris I Panthéon-Sorbonne – Columbia University Law School)

Le succès académique de Mme Henin était clair dès son jeune âge. Elle fut félicitée par le maire de Sèvres pour ses résultats remarquables au baccalauréat français. Paula parti ensuite étudier les relations internationales et l’histoire à la London School of Economics (LSE). Elle se spécialisa dans le Moyen-Orient et le droit international public. Paula se plaça parmi les un pour cent supérieurs des élèves de sa promotion. Paula chercha à éclaircir un situation dans laquelle il semble y avoir mésentente et parfois animosité entre l’Occident et le monde arabe. Sa thèse de doctorat, “A French perspective on the British and American interventions in the Levant, May – November 1958” fut félicitée par le LSE’s Board of Examiners et reçut le prix Hue Wheldon.

Paula reçut la bourse Fulbright Foreign Student Scholarship 2010-2011 pour participer à un programme de double diplôme entre la Columbia Law School et l’Univiersité Paris I Panthéon-Sorbonne. Elle est membre du conseil de la Columbia International Arbitration Association. Paula porte un grand intérêt au droit international. Son objectif est de travailler comme conseiller juridique pour une organisation internationale importante, le ministère français des Affaires étrangères et européennes, ou un tribunal international.

Mme Henin parle français, anglais, espagnol et arabe et est passionnée par la guitare et le saxophone.

2. Hélène Franchineau (France, Sciences Po – Columbia University Graduate School of Journalism)

Mme Franchineau a complété un programme de journalisme à Sciences Po Paris et deux programmes dans les affaires internationales et dans la langue et culture chinoise à Sciences Po Bordeaux.

Hélène a ensuite travaillé pour Le Monde et Slate à Shanghai et Paris. Elle a écrit des articles d’actualité sur la Shanghai World Expo, sur les jeux olympiques de Beijing en 2008, et sur les émeutes de la minorité musulmane dans la province de Xinjiang. En 2009 Hélène effectua un stage au service étranger du Washington Times où elle fut responsable de la couverture des décisions politiques liées au changement climatique.

Hélène souhaite entrer dans le journalisme multimédia, qu’elle considère comme l’avenir du journalisme. Elle a choisi d’étudier aux États-Unis parce qu’elle les considère très en avance sur les pays européens dans le développement de ce type de journalisme. Elle s’inscrit à la Columbia Graduate School of Journalism pour l’automne 2010. Elle s’intéresse non seulement dans la narration, mais aussi dans la publication de blogs, le montage radio, la photographie et la vidéo, et les médias sociaux.

Mme Franchineau parle français, anglais et chinois.

3. Alban Pétré (France, Ecole Pour L’Informatique et Les Techniques Avancees – Stevens Institute of Technology)

M. Pétré a été employé à la Société Générale sous la direction du responsable mondial de la section Risk Assessment and Controls. Il a travaillé sur la création d’une méthodologie pour améliorer le contrôle de la navigation web des utilisateurs système de la Société Générale et sur d’autres projets liés à la sécurité. Il fut reconnu par ses professeurs et superviseurs pour sa créativité, son souci du détail et son esprit d’équipe.

Alban visita New York pour la première fois en 2009 et fut particulièrement attiré par la ville. Il va entrer au Stevens Institute of Technology au printemps 2011. Il désire élargir ses horizons à travers une expérience de l’éducation américaine, et espère que le temps passé aux États-Unis lui permettra de promouvoir les échanges culturels à la fois aux États-Unis et lorsqu’il reviendra en France.

 

Le gala de remise des prix aura lieu au printemps 2011.

Le Comité de sélection de la bourses d’études Jérôme Lohez:

Professeur Elizabeth Roistacher (Président du Comité)
Capitaine Jordan Becker (lauréat 2009)
M. Stephane Bouniol
M. Philippe Carls
M. Mark Denne
M. Florent D’Halluin (lauréat 2009)
M. Brian T. Kelly
M. Vincent De Laggabe
Mme. Dening Lohez (Fondatrice)
Mme. Barbara Wing

Elizabeth Roistacher est professeur d’économie au Queens College et au Graduate Center, City University of New York. Elle a été sous-secrétaire adjoint des affaires économiques au U.S. Department of Housing and Urban Development et collaboratrice à la Brookings Economic Policy. Professeur Roistacher fut également directrice de l’Office de l’Office of Honors and Scholarships au Queens College. Professeur Roistacher reçut un doctorat en économie de l’University of Pennsylvania.

Les Lauréats 2009-2010

Les Lauréats 2009-2010

Les lauréats pour la bourse de Jérôme Lohez 2009-2010 ont été sélectionnés, et sont les suivants :

  • Captain Jordan Becker (USA, Sciences-Po – Columbia University Exchange Program)
  • Pauline Dochez (France, Ecole Polytechnique – Columbia University Exchange Program)
  • Florent D’Halluin (France, Ecole Pour L’Informatique et Les Techniques Avancees – Stevens Institute of Technology)

1. Captain Jordan Becker, 2009 (USA, Sciences-Po – Columbia University Exchange Program)

Après avoir été diplômé de la Georgetown University School of Foreign Services en 2001, M. Becker a rejoint l’armée des États-Unis. Pendant presque dix ans de service actif dans l’armée américaine, M. Becker a été parachutiste et chef d’équipe dans les forces spéciales afin de mener des patrouilles de combats en Iraq. Il reçut deux Bronze Stars et accéda au grade de captain.

Captain Becker fut sélectionné par le Department of Social Sciences de la United States Military Academy at West Point pour poursuivre un programme d’échange de deux ans entre la Columbia SIPA et Science Po. Captain Becker enseignera ensuite les sciences politiques pendant trois ans et encadrera le développement professionnel des élèves de West Point.

Captain Becker commence ses études supérieures à Sciences Po cet Automne. Il est depuis longtemps intéressé par les travaux d’Hubert Vedrine et pense qu’il est nécessaire de comprendre profondément la France pour développer un lien fort et institutionnalisé entre l’Europe et les États-Unis, afin de garantir paix, sécurité, et prospérité durant le 21ème siècle.

Captain Becker parle couramment le français et l’italien, et a acquis une connaissance pratique de l’arabe et du kurde durant son service en Iraq.

 

2. Pauline Dochez, 2009 (France, Ecole Polytechnique – Columbia University Exchange Program)

Mme. Dochez effectua trois ans d’études en économie, informatique, et mathématiques appliquées à l’École Polytechnique de Palaiseau. À la suite de cette formation, elle part à la Columbia University pour commencer des études supérieures en ingénierie et systèmes de management, avec comme axe principal l’usage de techniques d’ingénierie industrielle et de recherche opérationnelle dans un processus de décision.

Pauline est une jeune femme intelligente et perspicace. En plus d’être une chercheuse scientifique sérieuse, elle est également une excellente rédactrice pour présenter ses projets. Pendant qu’elle effectuait un projet de recherche sur les réseaux de femmes à travers le monde, Pauline a communiqué avec de nombreuses associations de femmes en anglais, allemand, grec et espagnol, en plus de son français natif.

Pauline trouve la manière qu’ont les américains d’être fiers de leurs réalisations sans s’en enorgueillir à la fois saine et plaisante.

 

3. Florent D’Halluin, 2009 (France, Ecole Pour L’Informatique et Les Techniques Avancees – Stevens Institute of Technology)

M. D’Halluin participe à un programme d’échange entre l’EPITA et le Stevens Institute of Technology. Il étudie l’informatique et travaille sur une bibliothèque de manipulation d’automates finis appelée Vaucanson. Son encadrant décrit Florent comme un orateur talentueux, un bon rédacteur, et avant tout une personne agréable.

M. D’Halluin pense qu’un diplôme largement reconnu et des points de repère et contacts aux États-Unis sont des atouts de valeur. Il veut pouvoir saisir l’occasion d’apporter sa contribution. Existe-t-il une meilleure terre d’opportunités ? demande-t-il.

 

The Scholarship Presentation Gala will be held at the French Consulate to New York on November 17th, 2009.

Andrew Kessinger, Gagnant de la JL Bourse 2008, Publie sur la Coopération EU-US

Andrew Kessinger, Gagnant de la JL Bourse 2008, Publie sur la Coopération EU-US

Guantanamo Detainees: The View from Europe

EU-US Cooperation on Guantanamo Detainees

 

Thanks to renewed transatlantic cooperation, President Barack Obama is one small step closer to keeping his campaign promise to close the controversial Guantanamo Bay detention center.


On Wednesday, Ireland’s Justice Department announced its intention to resettle two detainees who have been cleared of terrorist affiliation. Add to that figure France’s symbolic transfer of one prisoner in May, and the official EU total of accepted foreign prisoners stands at three. The Czech Republic, Austria and Germany have so far refused to resettle any inmates; Italy, Portugal, Belgium and Spain have each pledged to accept several under strict conditions. A modest start, for sure, but notable given Europe’s reticence to help clean what is arguably America’s own dirty laundry.

“America created Guantanamo. It has to come up with the solution,” quipped Austrian Interior Minister Maria Fekter. “None of these prisoners has anything whatsoever to do with Denmark,” echoed Danish Foreign Minister Per Stig Moller. “Why should they be taken in?”

Such prickly indifference in Europe is hardly surprising and stems in part from the tactics used during the Bush Administration’s “War on Terror”.

The intelligence used to justify the 2003 invasion of Iraq, which many Europeans viewed as overstretched at best and faulty at worst, combined with an “either with us or against us” approach to coalition building, alienated Atlantic allies for years to come. Convinced the US would push ahead with its military objectives without respect to international consent, input or standard procedure, many in the EU were left feeling sidelined, even satisfied to let the US reap its whirlwind. Such lingering popular resentment explains the disconnect between Europe’s expressed desire to see Guantanamo closed and its feet-dragging when it comes to actually helping to do so.

Nonetheless, Ireland’s decision to take in detainees will revive the ongoing debate over Europe’s moral obligation to help close the facility, which has long symbolized an outstanding obstruction to international law. Detainees – ambiguously defined as “unlawful enemy combatants” – have been held without charge or trial for years, denied legal representation, and in some cases tortured, effectively circumventing the Geneva Conventions which, in principle, outlaw such practices.

In April, the EU Council announced that European efforts in closing Guantanamo “would allow both [the US and the EU] to pave the way for strengthening cooperation on counter-terrorism and justice and home affairs in the future.”

Anthony Dworkin of the Guardian agrees that the timing is ripe:

The shift under Obama opens the possibility that Europe and the US could – for the first time since 9/11 – agree upon a common framework of principles for counterterrorism based around respect for fundamental rights and the rule of law. By working with the US on Guantanamo, the European Union might gain influence over the development of US policy, where many key decisions remain to be taken.

In addition to appeals based on respect for international law and human rights, Amnesty International alleges that European countries also bear responsibility for their complicit role in transferring suspected terrorists to overseas detention centers, including Guantanamo.

Just this week, allegations over Britain’s participation in CIA rendition continued to surface. The Guardian’s David Vine:

Piece by piece, the truth is finally coming out about Britain’s own Guantanamo Bay – Diego Garcia. Today the human rights lawyers group Reprieve began a legal case on behalf of Saad Iqbal Madni, who they say was transited through the UK-controlled Indian Ocean island as part of the CIA’s secret rendition programme.

Madni, whom Reprieve says was tortured in Egypt, Afghanistan, and Guantanamo Bay after his stopover in Diego Garcia, has been released in Pakistan where – according to Clive Stafford Smith, the Reprieve director – he is “effectively crippled by his torture”.

If [the US and Britain] are to repair the damage that secret rendition and torture have done to our democracies, to our security and to our moral standing in the world, the two governments must fully air the sad record of British-American collaboration on Diego Garcia and finally reject the use of secret detention facilities and torture everywhere on earth.

Meanwhile, Britain has yet to accept any of the current 70+ Guantanamo prisoners needing resettlement, though it has already repatriated fourteen former residents.

British hesitation has not stopped US authorities however from negotiating a deal last month in which Bermuda, one of Britain’s overseas territories, took in four Chinese detainees. Surprisingly, the majority of British parliament was kept in the dark.

The UK’s shadow Foreign Secretary William Hague grumbled:

It is astonishing that an agreement of such significance … could have taken place without a ripple reaching Whitehall. The UK is responsible for Bermuda’s external relations, defence and security and for appointing its governor. Yet the [Foreign and Commonwealth Office] appears to have had no idea that these discussions were taking place.

Adding to the row, Chinese Foreign ministry spokesman Qin Gang objected to the “handing over [of] terrorist suspects to any third country” and demanded the return of all Chinese detainees. Many fear there is a strong risk of torture or abuse to any repatriated Chinese Muslims.

The Bermuda-British-Chinese commotion over issues of national security is not the only snag to the ongoing transfers.

Further complicating matters, the resettlement of prisoners in individual EU member states, in theory, affects all members of the 25-country Schengen zone. The open-border EU zone permits its citizens free movement without passport checks, leaving many Europeans worried as to whether a former detainee could relocate to another country. As such, the EU has recently agreed upon a framework whereby any individual country that decides to accept prisoners share dossier information with all others beforehand. Such coordination is a “must,” noted EU Justice Commissioner Jacques Barrot, which in turn leaves open the possibility for concerned member states to “impose movement restrictions” as they see fit.

As Europe sorts out its willingness to accept further prisoners, many are left wondering why the US has yet to resettle even one inmate. Initial attempts to do so in June ended in failure when the US Congress, afraid of public backlash, enacted a law to delay the transfer of citizens to American soil for at least another two months. In addition, they stripped $50 million worth of funding for the closing of Guantanamo until after the administration submitted a detailed plan for their approval.

“If none of the U.S. states are ready to take in Guantanamo inmates, then you will have to explain to the European public why the rules for Europe should be different from those in the US,” German Interior Minister Wolfgang Schaeuble presaged.

Indeed, while Obama’s latest round of transatlantic diplomacy persuaded Italian Prime Minister Silvio Berlusconi to accept three detainees in the near future, the resulting US-EU agreement stressed that “the primary responsibility for closing Guantanamo and finding residence for the former detainees rests with the United States.”

For Obama to fulfill his national pledge of closing the “misguided experiment” by January 2010, he still has much convincing to do overseas and even more so domestically. Before wearing thin the goodwill of his European counterparts, he should save some of his persuasive power for home. If the United States is to restore its reputation as a respected world leader, it must lead by example.

Andrew Kessinger is an intern with the New Atlanticist.  He is a graduate student pursuing a double degree in International Security at the Institut des Etudes Politiques in Paris (Sciences Po) and Columbia University (SIPA).  Photo Credit: Reuters.

This article originally appeared in the New Atlanticist blog of the Atlantic Council.

Les Lauréats 2008-2009

Les Lauréats 2008-2009

Les lauréats pour la bourse de Jérôme Lohez 2007 ont été sélectionnés, et sont les suivants :

Andrew Kessinger, 2008
Andrew Kessinger est un étudiant poursuivant un double diplome en sécurité internationale à l’Institut des Etudes Politiques de Paris (Sciences Po) et Columbia University (SIPA). Grâce à ce programme très sélectif, à laquelle quinze étudiants sont admis chaque année, il est en train d’acquérir une perspective euro-américaine sur les affaires étrangères, tout en maîtrisant la langue française.

 


Kessinger has worked as an editor for four different publications (The Common Ground News Service, The Paris Globalist, The New Atlanticist, and The Columbia Journal of International Affairs), in three different countries (US, Morocco, France), over the last four years. His career goal is to serve as a Foreign Service Officer with the US State Department, formulating constructive public policy aimed at bridging divides and reducing tensions between the Muslim world and the West, with a particular focus on the Israeli-Palestinian conflict.

Les Lauréats 2007-2008

Les Lauréats 2007-2008

Les lauréats pour la bourse de Jérôme Lohez 2007 ont été sélectionnés, et sont les suivants :

Benoît Germond, 2007
Benoît Germond est diplômé de l’EPITA en 2007, avec une maîtrise en sciences. Il étudie maintenant pour obtenir un autre master à Stevens Institute of Technology. Dans sa demande de bourse Benoit mentionne que le fait de travailler pour financer ses études lui a appris à être ouverte au changement et des idées.


Augustin Lefèvre, 2007
Augustin Lefèvre a reçu son diplôme d’ingénieur de l’École Polytechnique. Il travaille actuellement sur sa maîtrise en ingénierie financière à l’Université de Columbia. Augustin a écrit dans sa demande de bourse que “La société américaine récompense ses membres sur la base de leurs mérites, et s’appuie sur leur sens de la responsabilité d’assurer l’efficacité sociale”.